lundi 28 mars 2011

Et voilà le festival, c'est fini ! Petit retour sur les deux dernières soirées: La soirée Blues et la soirée Tout contre-basse




Et voilà, A Vaulx- Jazz la 24ème édition, c’est fini ! Le festival s’est clôturé par deux très belles soirées.
Tout d’abord, la soirée Blues, une des soirées les plus attendues et qui a le plus de succès chaque année auprès du public. On a pu entendre la belle Shakura S’Aida nous interpréter les titres de son dernier album « Brown Sugar » entourée de ses très bons musiciens : le fils de Kenny Neal à la batterie (Kenny Neal Jr), Andrew Stewart le bassiste au groove impeccable, le pianiste (Lance Anderson) qui alterne entre piano, roots et parfois accordéon. Il fait également les chœurs sur quelques chansons de Shakura et enfin l’étonnante guitariste Donna Grantis à l’allure très rock. Chaque chanson est marquée par des riffs qui restent dans les têtes après le concert. La guitariste passe facilement du blues au rock avec parfois des rythmiques funky, « à la Prince »… On voit toute l’ampleur de son talent lorsqu’elle improvise en solo. La voix de Shakura, puissante, digne des plus grandes chanteuses de rythm ‘ blues et de soul, nous émerveille et les chansons s’enchaînent trop vite. On reste sans voix et on en redemande ! La chanteuse montre une belle complicité avec les musiciens et avec le public surtout quand elle entrecoupe ses chansons de quelques notes d’humour en français. La soirée démarre fort !
Roy Gaines et son orchestre « Tuxedo Blues » ont poursuivi la soirée. Le groupe ressemble à un véritable Big Band et interprète des morceaux blues et d’autres beaucoup plus jazzy. Les amateurs de jazz sont séduits par la voix de crooner de Roy Gaines qui a entre autre travaillé avec Stevie Wonder et Aretha Franklin.
Deux concerts très différents avec un blues plus moderne qui se rapproche d’autres styles comme la soul, le funk et un blues peut-être plus classique pour terminer cette belle soirée !
Changement d’ambiance le dernier jour du festival avec une soirée plus intimiste que la veille. La contre-basse étaient à l’honneur avec en première partie les frères Moutin qui jouaient cette fois-ci en quartet sur la scène du centre Chaplin, accompagnés d’un pianiste et d’un saxophoniste. La complicité qui unit les jumeaux est évidente mais éclipse parfois un peu les deux autres musiciens. Le contre-bassiste Ron Carter termine la soirée. Il était accompagné d’un guitariste et d’un pianiste pour présenter les titres de son dernier album « Golden Stricker ». Jazz, Bossa… un moment vraiment magique où il suffit de fermer les yeux pour écouter toutes les notes et les variations de la contre-basse. Le musicien, qui a accompagné notamment Miles Davis, semblait très ému par les applaudissements chaleureux du public.
Voilà la 24ème se termine. On a pu découvrir ou redécouvrir le jazz mêlé à d’autres styles avec des soirées uniques, toutes aussi différentes les unes des autres ! Rendez-vous l’année prochaine donc pour la 25ème édition qui promet d’être encore plus belle et pleine de surprises !


jeudi 24 mars 2011

Retour sur la Soirée Jazz et Opéra d'hier au Centre Chaplin



uKanDanZ et la Maîtrise de Loire, tout ce qu’on aime :
La spontanéité et le pétillant d’Asnake Guebreyes au chant, qui bouscule notre oreille trop sage ;
Le mordant de Lionel Martin au saxo, qu’on garderait bien avec nous pour faire la fête ;
La touche de perfection de la batterie, avec Guilhem Meier, qui n’en fait jamais trop ;
Damien Cluzel à la guitare qui mène, soutient la danz, et le fait bien ;
Frédéric Escoffier au clavier, qui est toujours là, et assure, par temps de swing, rock ou musiques plus traditionnelles ;
Quant aux 30 choristes, ils nous mettent la chair de poule, et accompagnent uKanDanZ avec une justesse digne de pro !
Dommage que la transe n’ait pas contaminée le public… concert et danses auraient fait une bien belle rencontre !

Lauriane A.

La musique de ce projet Ukandanz a fait du mélange sa recette, il aurait d’ailleurs très bien pu être programmé autant dans une soirée rock que jazz et opéra : on compte leurs influences parmi la musique traditionnelle éthiopienne tant par le chanteur Asnaqé Guèbrèyès que par les reprises traditionnelles réinterprétées par l’ensemble du groupe ; le rock qu’assure une batterie énergique et toute en puissance ainsi que certains riffs de guitare; une touche classique assurée par le chœur de la maîtrise de la Loire et bien sûr le jazz que représente au mieux le style « apiculturé » du saxophoniste. D’autres influences doivent certainement pouvoir se trouver…
Hormis cette explosion de couleurs musicales qui remplissent les oreilles, leur présence scénique forme également un sacré spectacle visuel. Ils manifestent une énergie incroyable : Asnaqé Guèbrèyès n’hésite pas à incorporer le rythme par des mouvements de danse éthiopienne qui consiste pour le profane à faire bouger les muscles pectoraux par des secousses impulsées des épaules. Le saxophoniste se balade également sur toute la scène, fait chavirer son sax de haut en bas et entre en interaction au hasard avec la danse du chanteur. Le chœur, loin de rester une armée de petits soldats, entre dans le jeu quand il se met en branle et saute en rythme pour accompagner les pulsations que lance le groupe.
Il en résulte une vraie fusion des genres qui fait naître une musique d’un style inclassable et assez neuf. La circonspection a pu se faire ressentir dans la salle justement parce qu’il ne devait certainement pas répondre aux attentes formulées par le public quant à l’intitulé Jazz et opéra. En dehors des perplexes, ils ont réussi à en enthousiasmer d’autres spectateurs qui n’hésitèrent pas à se lever pour aller danser devant la scène… ce qu’inspire indéniablement l’énergie de leur musique et des musiciens.
Une sacrée surprise !

La deuxième partie de soirée accueillait Enrico Rava et son quintet ainsi que le Quatuor Debussy. Si l’on peut se permettre, il ne s’est pas agi de la même formule de mélange : ce n’est pas celle de la fusion mais plutôt celle de la juxtaposition. Certes l’ensemble s’attaque au répertoire de la musique classique (Bizet, Puccini…) et en donne des arrangements originaux mais il n’est que de rares fois où l’ensemble des musiciens jouent ensemble. Le quatuor joue la partie classique et le quintet se cantonne aux parties jazz. Chacun reste chez soi, dans sa patrie musicale et les incursions chez l’une et l’autre sont limitées. Alternativement les uns se font spectateurs des autres. Heureusement les musiciens, chacun dans leur style, sont très bons. Le quatuor, à titre d’exemple, est arrivé à capturer le souffle de la salle à maintes reprises : tous suspendus aux coups d’archets, nous retenions nos respirations. Mais après leur brillante participation rien ne prenait la suite : le projet ressemble plus à un échange de ping pong qu’à un réel syncrétisme.
La présence scénique d’Enrico Rava n’est pas dans le partage et la communication immédiate avec le public, il reste assez distant, regarde peu la salle…il invite à un intimisme froid. Ce qui ferait revisiter les éternels clichés sur les transalpins ! Son jeu certes bien exécuté ne fait ressortir ni interprétation très personnelle (l’émotion est mise sous clé) ni une recherche de quelque chose d’un peu neuf. L’originalité tient seule à l’idée de départ consistant à mêler jazz et opéra, mais le rendu de cette fusion souhaitée ne prend pas et on tombe de nouveau dans des formes somme toute assez vues et revues.

Pauline B.

mardi 22 mars 2011

Soirée Métisse du 17/03




Retour sur la première soirée du festival avec les interviews de quelques musiciens de Caravan Oriental, le projet du plus lyonnais des batteurs américains Sangoma Everett et quelques minutes des répèt du groupe.

Le festival ”A Vaulx Jazz” bat son plein - CULTURE - MUSIQUE - France 3 Régions - France 3

Le 19 mars était Rock au Centre Chaplin




La soirée a débuté avec le gagnant du tremplin Musiques actuelles Nickel pressing qui s'était produit trois jours plus tôt à l'école d'archi de Vaulx-en-Velin. Avec seulement une basse, une batterie, un violon et quelques machines le groupe lyonnais a su faire bouger la foule qui était plus nombreuse que prévue ce soir-là. The Chap a poursuivi la soirée avec leurs mélodies pop et leurs chorégraphies décalées, un très bon moment et une belle complicité avec le public et les fans de la première heure. Enfin, James Chance et le groupe Les Contorsions ont clotûré cette soirée Rock. L'icône du no-wave surnommé aussi le James Brown Blanc a fait son retour. Au saxo ou au roots, l'énergie et le groove étaient bien là !

Docteur Lester "Orphée" : plus de 800 enfants en délire au Centre Chaplin

La petite chronique de Mo
A Vaulx-gones à la rencontre d’Orphée...
mercredi 16 mars 2011 par Mo

Jazz à tout âge et à tous les étages à Vaulx-en-Velin.
Ils l’ont rencontré en classe, dans leur centre social, dans la rue, sur la place du marché, au conservatoire et dans les allées du Carré de Soie, les gamins de Vaulx-en-Velin savent le jazz sur le bout des oreilles... c’est leur berceuse préférée, ils tombent dedans tout-petits mais ont quand même droit à des louchées supplémentaires à chaque début de printemps ! Le festival A Vaulx Jazz leur fait même la part belle puisque depuis 24 ans, le premier concert à Charlie Chaplin leur est consacré.

La nouvelle édition n’a pas dérogé à la règle, ils étaient 800, élèves des écoles primaires vaudaises à participer ce 15 mars 2011, au concert-spectacle de Dr Lester le Big Band orphéologique !

Intelligemment adapté de la mythologie grecque par Rémi Gaudillat qui en est également le compositeur inspiré, ce conte musical a fait la conquête du jeune public encore plus sûrement que le joueur de flûte de Hammelin dans l’histoire éponyme...

Des lumières tantôt célestes, tantôt infernales, des monstres très cuivrés, une princesse inaccessible, un héros fragile, des dieux compatissants... ça fonctionne. Les musiciens anges ou démons font partie du voyage et les mômes suivent avec ravissement ces aventures, soutenant Orphée dans ses épreuves et criant "NON !!!" d’une seule voix lorsqu’il fait mine de se retourner.

Ceux que j’interroge me disent que c’était trop court, que le jazz c’est formidable, qu’ils ont inventé beaucoup d’images, que Cerbère avec ses trois têtes c’est un vrai méchant et que Orphée, ben... il est trop fort, quoi !


Orphée aux Enfers...Avec sa lyre en forme de trombone, et sa trombine d’ange musicien, Sylvain Thomas a conquis les écoliers en délire. La "patate" de ses compagnons de route a fait le reste : amoureux d’Eurydice, tremblants dans la barque de Charon, courageux contre Cerbère, parlant comme des dieux avec Hadès, ils sont l’énergie de la musique au service de l’imaginaire. C’est beau, c’est bon, et comme les gosses, on les suivrait bien encore un peu dans les forêts enchantées...

samedi 19 mars 2011

Nickel Pressing à l'Ecole d'Archi le 16 mars



Le groupe Nickel Pressing, gagnant du tremplin Musiques actuelles de Lyon ont enflammé l'école d'Archi de Vaulx-en-Velin le 16 mars dans le cadre du festival Hors-les-murs.
Retrouvez-les le 19 mars mais cette fois-ci sur la scène du Centre Chaplin pour la soirée Rock du festival en première partie de The Chap et de James Chance et les Contorsions.

vendredi 18 mars 2011

Présentation de saison: reportages sur TLM

Interview de Thierry Serrano:le directeur du festival A Vaulx-Jazz était l'invité du 12/13 de France 3 et a fait la présentation de la 24ème saison du festival.



Présentation de la programmation du festival Hors-les-Murs par Charlène Mercier le 25février au Conservatoire de musique de Vaulx-en-Velin suivi de quelques minutes du concert des 3 canards.